équipe_petit__lauragais_web

Au n°127 rue de la république voilà plusieurs décennies se tenait un bar-dancing « la Roseraie » qui affichait salle comble et attirait la jeunesse bien au-delà des contrées lauragaises. Depuis décembre 2013, le parquet de la piste de danse n’est qu’un lointain souvenir et le cadre s’est mué avec goût en une épicerie fine de quartier aux tonalités de bois brut et aux senteurs enivrantes de légumes, de fruits exotiques, d’épices, de cafés, de fromages et bien autres produits charcutiers de premier choix. Joaquim, Anne et Thibault composent le sympathique trio qui anime cette échoppe de quartier, aujourd’hui la seule et unique en centre ville alors que l’on pouvait en compter une bonne quinzaine avant-guerre à Villefranche. L’enseigne baptisée « le Petit Primeur du Lauragais » avance sur sa devanture un slogan fort et ambitieux « Savourez la différence ». Cette maxime a visé juste puisque à peine après un an et demi d’existence et s’appuyant sur une gamme de produits haut de gamme, le succès est au rendez-vous. Avec des produits d’appel comme les fromages du maître affineur toulousain Xavier ou encore le jambon Pata Negra, le chaland a su y trouver son compte. Anne dresse une première analyse : « Proposer ici à Villefranche des produits d’épicerie fine haut de gamme était pour nous un pari. Mais aujourd’hui c’est un succès qui dépasse nos espérances et nous pouvons dire qu’il y a bien une clientèle dans ce créneau de l’alimentation de proximité». Ce constat confirme le slogan lancé par Anne sur le ton de l’anecdote qui dit que « Le prix s’oublie, la qualité reste ». Mais les épiciers lauragais ne se laissent pas pour autant griser par cette réussite et s’appliquent même en période de villégiature à compléter leur étal avec toujours à l’esprit la recherche de l’excellence alimentaire. Anne confie : « Je suis originaire des Ardennes. Pendant mes vacances j’ai déniché des bières artisanales locales et belges que nous allons tester prochainement à Villefranche. Nous envisageons aussi de fabriquer des pâtes fraiches sur place et à la demande ». Miam !.. Le palais des fins gourmets lauragais s’en régale d’avance. 

PHOTO - Le trio d’épiciers Thibault, Joaquim et Anne devant la vitrine de leur Petit Primeur du Lauragais