manif_amiante_ecole webLe chantier de rénovation de l’école élémentaire villefranchoise Jules Ferry - dont le démarrage est prévu le 18 avril prochain - soulève la crainte de nombreux parents d’élèves (lire notre édition du 29/03). Un collectif rassemblant des parents en colère et la FCPE villefranchoise avait appelé à un rassemblement ce jeudi 30 mars à 18h30 sur la place de la maire pour discuter et inciter la municipalité à retenir une solution convenable face aux nuisances sonores de la démolition et aux risques liés au désamiantage. La mobilisation s’organisait ce jeudi soir avec une bonne quarantaine de parents présents sur la place de la maire pour échanger et faire signer une pétition titrée « Non aux travaux en site occupé » qui revendiquait :  la délocalisation des classes pendant la durée des travaux ou le report des travaux (démolition et désamiantage) pendant les vacances d’été ou encore la possibilité d’effectuer ces travaux pendant la nuit. Sur la place de la Pradelle aux abords de la statue de la vierge, la colère était palpable et certains parents ne mâchaient pas leurs mots vis-à-vis de la municipalité : « Les élus savent qu’il y a un problème avec ce chantier et ils ne viennent pas à notre rencontre.  Ce sont nos représentants mais ils ne sont pas là au rendez-vous. Ce n’est pas normal. S’ils croient que les prochaines vacances scolaires vont nous démobiliser, ils se trompent ! On ne se démobilise pas quand il s’agit de la santé de nos enfants ». D’autres voix contestaient la communication tardive et fractionnée des élus (premier information au conseil des écoles de ce 23 février) ou encore l’absence de réponse à leurs sollicitations notamment concernant le planning des opérations alors que d’autres s’interrogeaient sur « des histoires d’économie de budget ou d’embauches qui primeraient sur la santé des enfants et leurs encadrants ». Avec la date du 18 avril signifiant le démarrage du chantier, l’élan de contestation semble s’organiser et s’amplifier ce qui laisse augurer vraisemblablement d’autres actions à venir si d’ici-là rien n’est envisagé pour répondre aux inquiétudes parentales.

PHOTO - De nombreux parents inquiets sur la place de la mairie jeudi soir