seb_saffon_carnets_émile_webL’arrière-grand-père Joseph dès les années 1940, Emile le grand-père à sa suite en décembre 1955,  s’astreignaient le soir après leur fonction de métayer (*), à la tenue rigoureuse et quotidienne de carnets d’activités. Sous une « feuille de style » immuable voire rigide de visu, y sont consignés scrupuleusement : la date du jour, les éléments météorologiques (« vent marin léger beau », « vent de Cers fort »), l’activité agricole (« avons sulfaté la vigne et les pommes de terre »,  « avons reçu une paire de bœufs pour remplacer ceux qui ont été tuberculeux ») et les évènements familiaux (« Eliette est allée à Castelnaudary  acheter un tricycle à Henriette »,  « Je suis allé à l'enterrement d'Antoine »). Jusqu’à son décès en 2002, Emile ne dérogera jamais à la règle et suivra jusqu’au bout ce rituel épistolaire normé. Ainsi plus d’une cinquantaine de cahiers d’écolier puis d’agendas journaliers ont été noircis avec la précision et la rigueur d’un horloger suisse passé à l’écriture. Soixante ans après, le petit et arrière-petit-fils Sébastien Saffon a exhumé ce trésor factuel familial pour lui insuffler une nouvelle respiration mémorielle en publiant au jour le jour sur un blog dédié (lescarnetsdemile.over-blog.com) les informations calendaires de l’an 1956. Comme un hommage posthume rendu à un aïeul aussi discret que modeste et humble, Sébastien a eu la pudeur d’anonymer le contenu dès lors qu’un nom était retranscrit. Cette censure légitime n’altère pas ces quotidiennes qui au contraire respirent le temps jadis, celui des gerbes de blé fraîchement battues ou du crissement des lanières de cuir sur les jougs des bœufs en traction. Ce voyage dans le temps est saisissant de réalisme. Il ouvre une petite fenêtre sur une époque rude où quatre générations vivaient sous un même toit dans le plus bel esprit de l’entraide familiale. Bien que circonscrits au petit périmètre Lauragais, ces carnets de bord vous transportent et « la richesse des données qu’ils recèlent reste à approfondir et à étudier » s’enthousiasme pour une 2ème étape à venir Sébastien enseignant et historien de formation.

(*) cultive un bien rural dont il partage les produits avec le propriétaire

PHOTO - Sébastien Saffon présente dans un blog les carnets écrits par son grand-père métayer