villefranche_nov_webLe conseil communautaire qui se tenait ce 18 novembre à Villefranche s’ouvrait par un hommage solennel aux victimes des attentats parisiens ainsi qu’au maire de Montgaillard Pascal Jan et une employée de la collectivité tout deux récemment décédés. Passée cet instant de recueillement le président Izard déroulait l’ordre du jour : l’organisation de Cap Lauragais (élection d’Emmanuel Pouillès au poste de 3ème vice-président …), les finances (DM, prix de vente des terrains de la ZAE, demande de subventions..), les marchés publics (enlèvement/traitement des déchets..), les organismes extérieurs (syndicat bassin Hers Girou, PETR désignation de Guy Darnaud membre suppléant). A l’heure des questions diverses le président Izard présentait le calendrier préfectoral appelé à rythmer la fusion des trois intercommunalités de Caraman (Coeur Lauragais), Nailloux (COLAURSUD) et Villefranche (Cap Lauragais) et introduisait le propos un brin ironique : « Ceux qui ne peuvent pas me voir en peinture et qui voudraient me voir partir rapidement devront patienter encore un peu. Il y a un calendrier à respecter ce n’est pas moi mais le préfet qui l’a fixé ». En effet la procédure impose aux conseils municipaux et aux conseillers communautaires un délai de deux mois pour émettre leur avis sur le projet de schéma départemental de coopération intercommunale du département soit le rendez-vous fixé par les élus laurgais le 17 décembre à Vallègue pour répondre à cet impératif calendaire préfectoral. À la réception de l’ensemble de ces avis, la Commission Départementale de Coopération Intercommunale (CDCI) dispose de trois mois maximum pour se prononcer. Le nouveau SDCI devra donc être arrêté avant le 31 mars 2016 et sa mise en œuvre avant le 31 décembre 2016. Dans la perspective de cette fusion, le président Izard concluait son intervention en indiquant qu’une commission regroupant les trois présidents et les trois directeurs généraux avait été constituée. Comptant sur l’élaboration conjointe d’un programme commun respectueux de chaque entité, Pierre Izard martelait sa ferme intention de veiller à la défense des agents de Cap Lauragais.

PHOTO - Le président de Cap Lauragais Pierre Izard à l’ouverture de la séance du 18 novembre