centre_loisirs_web

Lors du dernier conseil communautaire de Cap Lauragais qui se tenait cette mi-septembre sur le commune de Saint Germier était débattu un point crucial : la révision du SCOT Lauragais (Schéma de cohérence territoriale) qui préfigure à l’échéance 2030–2040 la physionomie du Lauragais. A ce jour le modèle de polarisation en vigueur sur le bassin de vie de Cap Lauragais est : un pôle d’équilibre : Villefranche accueillant 30% de la population d’ici 2030 ; 3 pôles de proximité secondaire : Avignonet, Gardouch et Villenouvelle accueillant 30% de la population d’ici 2030 et les autres communes accueillant les 40% restant. Sur la base de ces éléments, le PETR (Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux ) du Pays Lauragais proposait à l’échelon du bassin de vie des objectifs démographiques en augmentation de 1500 habitants à l’horizon 2030. Soit une population qui passera de 17 500 habitants (Scot actuel) à 19 000 en 2030 et 21 100 en 2040 (Scot révisé). Dans cette perspective de révision, la commission urbanisme de Cap Lauragais demandait au PETR que soit pris en compte les futurs équipements structurants du territoire intercommunal à savoir la construction du centre de loisirs (voir photo), le lycée ou encore la création d’une zone d’activités économiques la Camave III. Trois projets majeurs qui engendreront à court terme un fort accroissement de population et d’emplois. Selon les vœux exprimés par les 21 communes membres de Cap Lauragais, la répartition de l’évolution de la population a été adoptée à l’unanimité des membres présents comme suit : un pôle d’équilibre (Villefranche) accueillant 31% de la population ; pôles de proximité secondaires (Avignonet, Gardouch et Villenouvelle) 30% et autres communes 39%. Dans le détail de la part de l’accueil dans les communes pôles ou non pôles l’on pouvait noter le souhait de voir la population : augmenter dans 15 communes ; se stabiliser dans 5 communes (Beauteville, Montclar, Montesquieu, Montgaillard et Rieumajou) et diminuer dans une seule commune Mauremont du fait d’une forte augmentation antérieure. 

PHOTO - Vue partielle du chantier de construction du centre de loisirs intercommunal chemin de Pamios