beauteville_web

Le conseil de Cap lauragais du 4 juin accueilli par la commune de Beauteville et son maire Marius Milhès déclinait un ordre du jour riche concernant des délibérations sur le budget de la zone d’activités économiques, les marchés publics ou des questions diverses  (recrutement d’un instructeur en urbanisme, acquisition d’un logiciel de gestion des droits des sols). Deux points étaient plus particulièrement développés : 1 - le projet de classement des abords du canal du midi et son système alimentaire au titre des sites classés et 2 – l’attribution des marché et le programme pluriannuel de l’Accueil de Loisirs Sans Hébergement (ALSH). Concernant le 1er point la commission d’urbanisme et les maires des communes impactées émettaient un avis défavorable à ce classement invoquant entre autres : la méthodologie insatisfaisante engagée par la DREAL, la prise en compte partielle des documents d’urbanisme, la procédure insatisfaisante d’information, d’association et de consultation du public et des propriétaires fonciers… Le vice-président de la commission Guy Darnaud concluait son rapport en sollicitant une nouvelle étude plus claire sur ses objectifs et ses impacts financiers et une nouvelle enquête publique. La seconde délibération relative à l’ALSH dressait un rappel sur l’historique du projet avec l’intervention illustrée du maître d’œuvre Almudever Fabrique d’Architecture. A ce propos le président Izard faisait un bref aparté en rappelant que si le projet porté par la commune de Villefranche seule candidate n’avait pas fait l’unanimité, il avait été validé à une large majorité grâce à son positionnement central sur le territoire et  à sa proximité des installations sportives de la commune avec gymnase, terrains multisports et complexe nautique couvert et extérieur. Après ce préambule 13 lots (gros œuvre, plâtrerie, électricité…) étaient attribués aux entreprises retenues à l’issue de la procédure des marchés de travaux. Puis le programme pluriannuel d’investissement venait conclure cette délibération où il était annoncé plusieurs subventions du conseil départemental (400 000€), de la CAF (200 000€ + prêt à taux O) et des fonds européens via le GAL (100 000€).

PHOTO - Un rappel sur le projet de création du centre de loisirs intercommunal a été commenté par le maître d’œuvre Almudever Fabrique d’Architecture